vendredi, avril 29, 2011

coup de pompe

A partir de quand peut on estimer que c'est grillé pour un projet ?

Dur d'avoir une réponse toute faite surtout quand on ne reçoit pas de réponses de l'éditeur.
Après je comprends assez facilement que les éditeurs ne peuvent pas répondre à toutes les demandes qu'ils reçoivent mais je dois avouer que je suis en pleine frustration (frustration que je n'ai pas connu avec Père car la majorité des éditeurs avaient répondus plus ou moins rapidement).

Tout ça se mélange en plus avec un méchant coup de blues assez récurent quand on a décidé de faire un métier artistique et que les choses n'évoluent pas aussi vite que l'on aimerait. (enfin je vais vous épargner mes chouineries ;))

Il faut dire aussi que je n'ai envoyé cette histoire qu'à Ankama pour Doggy Bags. 
J'avais beaucoup aimé le premier volume et je ne pouvais qu'essayer de tenter ma chance (surtout que j'ai cette atmosphère créative dans le label de Run)
Peut être que je n'ai pas assez pris assez de temps pour peaufiner ce projet (ou trop de temps), peut être que l'histoire ne collait pas, peut être que c'était le dessin ou le manque de couleur, je ne sais pas (d'où la frustration sans doute) mais il faut en faire le deuil et passer à la suite.

Pour la postérité, je vous mets les planches




Je m'étais bien amusé même si c'est vrai qu'avec le recul, il y a sans doute pas mal de choses à reprendre (surtout sur la page1).
Peut être qu'un jour je le reprendrais d'ailleurs mais pour le moment c'est le petit Sehrat qui attend mes coups de crayons.

2 commentaires:

Zaïtchick a dit…

Personnellement, je les trouve très réussies ces planches (même si, personnellement j'aurai inversé la dernière vignette), mais ton parti pris graphique peut te couper du grand public...
Or les éditeurs cherchent à vendre au plus grand nombre.
Bon, il y a des albums qui se vendent tout en faisant preuve de choix graphiques audacieux... Mais pas tellement que ça (et souvent, il s'agit d’œuvre de "vedettes" bien couvertes par les médias, mais pas toujours)...
Donc je me demande si les éditeurs n'attendent pas de toi que tu te "coules" dans un style plus "passe-partout".
En tout cas, je comprends le blues que tu ressens : faire un métier artistique tout en voulant faire vivre une famille est loin d'être évident. Et les éditeurs sont frileux en ce moment. (La crise, air connu.)

stephane a dit…

Bah je ne sais pas trop et ptet que je ne saurai jamais mais bon ça ne m'empechera pas de continuer hey hey ;)

Merci pour le message :)